Banquet de la Parole Errante le 7 mai à partir de 13h

Samedi 7 mai 2016, place Jean Jaurès à Montreuil

Prises de Parole, ateliers, jeux, spectacles à partir de 13h
Banquet à 20h et soirée festive avec chorales et fanfares

Facebook : https://www.facebook.com/events/558620640986648/

  • 13h à 18h : Ateliers et projection de courts-métrages en continu
  • 14h Prise de parole : La Parole Errante demain !
  • 13h à 17h : Projections pour les enfants avec McLaren « Blinkity Blank » et Charlot « The Immigrant »
  • 16h : Chant, accordéon, contrebasse
  • 16h30 Prise de parole : La Parole Errante demain !
  • 17h Théâtre : L’Écharpe de Colombine
  • 17h15 Prise de parole : Témoignages
  • 17h30 : Chorale Céchéki
  • 18h15 Prise de de parole : Témoignages
  • 19h : Théâtre
  • 19h30 Prise de parole : La Parole Errante demain !
  • 20h : BANQUET !!
  • 20h30 : Chorale Si bémol
  • 21h Prise de parole : La Parole Errante demain !
  • 21h15 : Fanfare La grâce de l’hippo
  • 22h : Projections par l’ETNA et Cinépelloche
  • 22h30 : Fanfare invisible

Télécharger : Tract "Grand banquet pour la Parole Errante demain"

Nous sommes nombreux, sur ces dix dernières années, à être venus une fois, souvent, tous les jours ou chaque année à la Parole Errante : à l’occasion d’un concert, d’un festival, d’une discussion, d’une répétition, d’un spectacle de théâtre, de conférences, de soirées de soutien, d’assemblées politiques, d’ateliers de sérigraphie, et de nombreux autres événements et initiatives. La fin de la Parole Errante est annoncée pour l’été 2016. La forêt brûle !

De tels lieux, où l’accueil n’est pas entièrement conditionné par l’argent et n’exige pas de reconnaissance institutionnelle préalable, sont décisifs pour la ville de Montreuil, mais aussi plus largement pour Paris et ailleurs. Représentation de compagnie de théâtre amateur ou professionnelle, fête d’un syndicat ou d’association de quartier, bal de toutes tailles ou discussion collective prévue dans l’urgence : nous avons besoin de lieux pour habiter le monde. Des lieux multiples, ouverts à toutes sortes de réalités pour qu’elles puissent se rencontrer, qu’il soit simple d’y passer, de passer la porte peu importe qui l’on est ou d’où l’on vient.

La privatisation des espaces dont les usages furent communs, partagés, ouverts sur la ville est un enjeu politique crucial dont nous devons nous saisir. C’est une question commune, qui ne doit pas appartenir aux seules politiques culturelles, urbaines ou territoriales : elle concerne le devenir de nos villes, de nos quartiers, de nos manières d’habiter.

Télécharger : Tract "Ne laissons pas fermer la Parole Errante"