SEMINAIRE "SCENES DE LA DIVISION POLITIQUE"

Le pouvoir : formes et logique

La quatrième séance du séminaire revenait à nouveau sur les concepts de
« biopolitique », mais aussi de « libéralisme » et de « néolibéralisme » tels que développés par Foucault à la fin des années 70 et très discutés depuis le début de la crise sanitaire. En quoi ces concepts peuvent-ils encore nous aider pour qualifier les opérations de pouvoir qui ont pris figure ou se sont consolidés à l’occasion de la gestion de la crise épidémique du Covid 19, et par là à éclairer la situation que nous vivons ?

Publié le 24 février 2021 dans Évènements à la Parole Errante 

Son/Vidéo

« Pour ne plus taire les jours où », création sonore de JEF KLAK n°7: TERRE DE FEU + Teaser vidéo

Le mouvement #Metoo, et de façon saillante certaines prises de parole, celles d’Adèle Haenel et, plus récemment de Camille Kouchner, comme mille autres récits d’abus, de viols, ont modifié l’écoute sociale envers les oppressions sexuelles. Le disque Terre de feu, qui accompagne le septième numéro de la revue papier Jef Klak, s’en fait chambre d’écho.

Publié le 13 février 2021 dans Sons  Vidéos / Photos 

SEMINAIRE "SCENES DE LA DIVISION POLITIQUE"

« Gestion pandémique : entre réaction à outrance et négligence ordinaire »

Le séminaire enquête cette année sur les conséquences politiques de l’épidémie du Covid-19 et de sa gestion par les différents pouvoirs. Dans cette seconde séance, il s’agissait de partir d’une analyse de l’évolution des mesures gouvernementales depuis le premier confinement et de sortir de l’alternative infernale entre pseudo-maitrise gestionnaire et déni de la réalité de la pandémie. Contre cette double forme de déprise et de lassitude, quelle perception commune de la situation pouvons-nous construire ?

Publié le 11 février 2021 dans Évènements à la Parole Errante 

SON

Revue Femmes PHOTOgraphes n°9: plateau radio à la librairie L’Atelier

Ce nouveau numéro aborde des vu.e.s d’ensemble singulières qui témoignent des contraintes auxquelles les espaces et les corps sont confrontés collectivement.

La revue Femmes PHOTOgraphes s’est installée à la Maison des Écritures et des Revues (MER) de la Parole errante début 2021.

Publié le 10 février 2021 dans Sons 

SEMINAIRE "SCENES DE LA DIVISION POLITIQUE"

Thèses sur le concept de « travail »

Peut-être avons-nous nous basculé d’une époque à une autre en mars dernier… Telle est du moins l’hypothèse de départ de ce texte de Bernard Aspe qui introduisait la première séance du séminaire de philosophie « Scènes de la division politique », au lendemain de la déclaration de « l’état d’urgence » et de nouvelles mesures de couvre-feu. Quelles conséquences politiques pouvons-nous tirer de la nouvelle situation mondiale engendrée par la crise sanitaire et la gestion de l’épidémie du Covid-19 par les différents pouvoirs ?

Publié le 5 novembre 2020 dans Évènements à la Parole Errante 

Soutenir la Parole Errante

La Parole Errante, ouverte à Montreuil depuis 1997 à l’initiative du poète dramaturge Armand Gatti et de sa tribu, accueille un grand nombre de réalités et de pratiques : des associations de quartiers, des syndicalistes et des gilets jaunes, des collectifs en lutte, des fêtes de solidarité, des événements contre les violences policières, les violences d’État, la prison, des permanences d’entraide, des ateliers, des créations théâtrales, un café-librairie, des maisons d’édition, des revues, une cantine, un jardin et un potager autogérés, des collectifs de création ou de diffusion cinématographique…

Nombreuses sont les réalités qui ont pu et peuvent toujours trouver à la Parole Errante un refuge, un espace où se retrouver, échanger, s’organiser.

Depuis 2015 et la fin prévue du bail entre le Conseil Départemental de la Seine-saint-Denis, propriétaire des lieux et l’équipe d’Armand Gatti, un collectif d’usager.ère.s, la Parole Errante Demain, s’est constitué pour imposer, inventer, dans un processus collectif et à partir de l’existant, des suites possibles, désirables pour ce lieu.

Convaincue de la nécessité de faire vivre des espaces d’expérimentation, à distance des logiques marchandes, la Parole Errante Demain a pour l’heure réussi à éviter la transformation du lieu en un espace culturel normalisé, et à imposer une suite qui reparte de la multiplicité des usages accueillis, par-delà les frontières établies entre culture, politique et social.

Depuis la fin effective du bail en 2017, c’est à partir de ce collectif que s’organise le quotidien, la programmation de la grande salle, la vie du lieu ainsi que la lutte pour son devenir et sa réinvention.

La Parole Errante repose entièrement sur le volontariat des usager.ère.s qui y participent, sur les contributions financières des collectifs qui en font usage régulièrement ou ponctuellement, sur les recettes des évènements de soutien au lieu et des dons…

Pour être tenu au courant des activités à la Parole, vous pouvez vous inscrire à la lettre d’information sur le site http://laparoleerrantedemain.org, venir aux évènements, au café-librairie, participer aux ateliers du centre social autogéré…

Nous avons besoin de lieux d’auto-organisation pour se rencontrer, discuter, combattre les logiques de concurrence, de privatisation, faire vivre des pratiques de solidarité, épauler les luttes en cours, rendre possible des initiatives culturelles, sociales et politiques qui dessinent une autre ville, une autre géographie que celle imposée par les politiques urbaines et la métropole du Grand Paris.

Continuons à prendre la Parole !

La Parole Errante nécessite en terme d’entretien, de coût des fluides (électricité, eau, gaz pour le chauffage), de consommables, d’assurances et du minimum vital pour faire vivre le lieu au quotidien, un budget annuel d’environ 45 000 €.

Financièrement, la Parole Errante fonctionne essentiellement grâce aux participations des collectifs et réalités qui en ont l’usage régulièrement (librairie Michèle Firk, Centre Social Autogéré, par ex.) comme ponctuellement (évènements, théâtre, projections…), aux recettes des événements de soutien organisés pour le lieu ainsi qu’à des dons réguliers et occasionnels.

Cette économie très fragile permet tout juste de couvrir le minimum des besoins de ce grand espace et ne peut financer les diverses améliorations des conditions matérielles de l’accueil, par exemple.

Pour que ce lieu reste disponible à des initiatives à l’économie souvent précaire, pour qu’il reste accessible au plus grand nombre, en privilégiant les évènements gratuits et à prix libre, il est important de le soutenir, à la hauteur de ses moyens.

Voilà pourquoi nous vous appelons à soutenir la Parole errante par un don ponctuel ou un virement automatique, aussi faibles soient-ils.

Poursuivons cette fabrique du commun, continuons à défendre ce lieu d’expérimentation auto-organisé, les manières d’être et de faire qu’il rend possibles, les formes de partage et l’autonomie, rare en région parisienne, qu’il permet.

Des sous, tiens !

Donner via HelloAsso : https://www.helloasso.com/associations/la-parole-errante-demain/formulaires/1

Faire un virement IBAN : FR76 17515 90000 08 0117920 91 73


Publié le 12 janvier 2020 dans Fabrique du commun