Festival GATTI MULTIPLIÉ PAR X du 30 août au 2 septembre

Une nouvelle « Expérience Gatti » a lieu cet été. Elle s’inscrit dans la suite des hommages rendus au poète qui nous a quittés il y a un peu plus d’un an. Elle traduit aussi notre volonté de poursuivre l’exploration et la diffusion de son œuvre théâtrale par la création de la nouvelle association « Gatti multiplié par X » et de son festival.

https://www.gatti-x.net

Quatre metteurs en scène et un cinéaste vont donc, chacun avec leur groupe, monter un ou plusieurs chapitres de la pièce Le Chant d’amour des alphabets d’Auschwitz, qu’Armand Gatti a rédigé en 1988, un an après le suicide de Primo Levi. Cette création collective forme le cœur du festival et sera jouée pour deux représentations uniques, le vendredi 31 août et le samedi 1er septembre.

La visite de l’ancienne gare de déportation de Bobigny et la projection d’un film inédit de Stéphane Gatti ouvriront le festival le jeudi 30 août.

 

DIMANCHE 2 SEPTEMBRE seront présentés des chants d’Armand Gatti issus de ses pièces de théâtre et la nouvelle mise en scène de sa pièce La Journée d’une infirmière ou Pourquoi les animaux domestiques. Enfin la chanteuse Bielka clôturera le festival.

 

JEUDI 30 AOÛT dans l’après-midi, visite de l’ancienne gare de déportation de Bobigny (93). Jugée plus discrète et pratique que la gare du Bourget-Drancy, l’ancienne gare de Bobigny fut le point de départ de 21 convois ferroviaires vers le camp d’extermination d’Auschwitz-Birkenau de du 18 juillet 1943 au 17 août 1944.
http://garedeportation.bobigny.fr

 

JEUDI 30 AOÛT à 20h, à la Parole errante à Montreuil (93) :

Ouverture du festival par Philippe Macasdar, président de l’association Gatti multiplié par X.
Projection de Trajet de femmes juives. De la gare d’Arenc de Marseille à Auschwitz-Birkenau. Réalisation Stéphane Gatti (images captées en 1993, film édité en 2018). Avec Maud Bloch, Henriette Cohen, Denis Marter, Ida Salomon Haïm, Régine Geulidi, Simone Berra Abel, Mme Montel née Herrera.

 

VENDREDI 31 AOÛT & SAMEDI 1er SEPTEMBRE de 18h à minuit, à la Parole errante à Montreuil (93) :

Présentation du Chant d’amour des alphabets d’Auschwitz d’Armand Gatti. Cette pièce va donner lieu aux représentations des 15 chapitres de la pièce par différents groupes. Un entracte aura lieu entre les mises en scène de chacun des groupes.
«Le drame d’Auschwitz (et de tout ce que ce nom désigne), ce n’est pas « seulement » la défaite de l’homme (en ce temps-là, à cette époque), c’est la défaite de la possibilité même de l’homme. Un retour au tohu-bohu initial. À l’avant de tout langage. Et donc à sa mise en question radicale: échouée à ce point-là l’humanité n’a-t-elle pas perdu toutes ses possibilités de dire? Si Auschwitz reconduit à l’avant Verbe —à l’incapacité de nommer—, qui (quoi) peut désormais assurer de la possibilité du Verbe? L’Innommable ne condamne-t-il pas au silence? (…) L’obstination à vouloir malgré tout « entrer dans le silence des 1059 jours d’Auschwitz » va conduire Gatti (le contraindre) à instituer les Alphabets comme seuls personnages possibles de ce drame. Non (une fois encore) par quelque souci esthétique d’abstraction, mais parce que cette abstraction est la seule possibilité de donner une expression réaliste de ce que fut Auschwitz, de ce qu’il est. Si l’Innommable est la question d’Auschwitz —son drame de fumées et de cendres—, seuls les Alphabets sont à même d’en débattre (et peut-être de lui trouver une issue)».  Michel Séonnet
18h. Représentation de I. Un personnage-titre / II. La préparation / III. La préface / IV. La difficile expérience du mot théâtre. Mise en scène Mohammed Melhaa. Avec 10 comédiens et étudiants de Strasbourg.

20h. Représentation de V. Exodes et parallèles / VI. L’expérience perdue des nombres. Mise en scène Rachid Belkaïd. Avec un groupe de 6 comédiens franciliens.

21h. Représentation de VII. Le monologue primordial qui devient dialogue et le dialogue, le sens perdu des mots / VIII. Celui qui portait le nom de « Là-bas » (au pluriel) / IX. Interruption due au suicide de l’Alphabet de la Question / X. La solution des amis de Job. Mise en scène Matthieu Aubert. Avec 10 habitants de Montpellier (action culturelle et territoriale).

22h. Représentation de XI. L’heure lettriste / XII. Les Juges (versets 24 à 30). Mise en scène Eric Salama. A l’occasion d’un atelier pour 9 personnes à Montreuil.

23h. Vidéo-projection de XIII. Le dialogue reconquis. Réalisation Stéphane Gatti. Avec un groupe de lecteurs franciliens.

23h15. Représentation de XIV. Adam quoi ? / XV. La danse alphabétique de Ruben Muichkine. Mise en scène Mohammed Melhaa. Avec 10 comédiens et étudiants de Strasbourg.

 

DIMANCHE 2 SEPTEMBRE de 16h à 20h, à la Parole errante à Montreuil (93) :

17h. Chorale des chantsd’A.Gatti. Avec sept comédiens et étudiants de Strasbourg. Mise en scène Mohammed Melhaa.

18h. Représentation de La Journée d’une infirmière ou Pourquoi les animaux domestiques ? d’A.Gatti. Mise en scène Frédérick Darcy. Avec Magali Jacquot.

19h. Concert de Bielka, chanteuse du folklore yiddish, russe et tzigane, avec deux musiciens.

 

Et aussi :

SAMEDI 8 SEPTEMBRE à la Maison pour tous Léo-Lagrange, Montpellier (Occitanie) :

17h. Représentation de VII. Le monologue primordial qui devient dialogue et le dialogue, le sens perdu des mots / VIII. Celui qui portait le nom de « Là-bas » (au pluriel) / IX. Interruption due au suicide de l’Alphabet de la Question / X. La solution des amis de Job. Mise en scène Matthieu Aubert. Avec 10 habitants de Montpellier (action culturelle et territoriale).

Le Chant d’amour des alphabets d’Auschwitz
Groupe de Montpellier
Suivez l’expérience théâtrale du groupe de Montpellier sur notre blog : http://ideokilogramme.blogspot.com
Un article sera posté chaque semaine.

Concernant le groupe de Montpellier, ce stage de création théâtrale porte sur les chapitres VII à X du Chant d’amour des alphabets d’Auschwitz. Le stage de création théâtrale montpelliérain sera, comme chaque année, dirigé par le metteur en scène Matthieu Aubert, accompagné de Sarah Lazarus et Gaëlle Reynaud. Volontaires en service civique Sophia El Wafir et Mehmet Shah. Ce stage est entièrement gratuit, ouvert à toutes et à tous, quelque soient l’âge et le niveau de théâtre.

Le stage se déroule sur les temps suivants :

pour les répétitions du mardi 3 juillet au samedi 28 juillet à la Maison pour tous Léo Lagrange à Montpellier ;
en phase finale de création et de représentations du samedi 25 août au samedi 1er septembre à la Parole errante à Montreuil ;
et enfin, de retour à Montpellier, le weekend des 8 et 9 septembre pour une ultime représentation à la Maison pour tous Léo Lagrange.

 

Publié le 13 juillet 2018 dans Évènements à la Parole Errante